Investir dans l’immobilier au Vietnam

Investir dans l’immobilier au Vietnam

Il était autrefois impossible pour la communauté des expatriés d’investir dans l’immobilier au Vietnam, c’est désormais chose faisable depuis que la loi sur le logement votée le 25 novembre 2014 est entrée en vigueur le 1er juillet 2015.

Les catégories d’acheteurs

5 ans avant l’entrée en vigueur de la loi, certaines conditions avaient été mise en place, mais elles étaient tellement strictes que très peu d’étrangers avaient pu devenir propriétaires. Désormais, trois catégories d’étrangers pouvant investir dans un bien immobilier sont répertoriés dans la loi sur le logement du 25 novembre 2014: les organisations et les individus investissant dans un projet de construction de logements au Vietnam, les entreprises à capitaux étrangers, les filiales et bureaux de représentation de sociétés étrangères (exemple: les banques).

Investir dans l’immobilier au Vietnam: quel type de bien acheter?

Attention cependant, il n’est pas possible de tout acheter au Vietnam. En effet, bien que l’on puisse désormais investir au Vietnam, le bien qu’un étranger achète doit faire partie d’un programme immobilier commercial. Pour pouvoir être titré au nom d’un étranger, il doit s’agir d’une maison située dans un lotissement ou bien d’un appartement faisant partie d’un immeuble en copropriété (condominiums). La gestion de ces projets est gérée par un promoteur qui se trouve légalement enregistré dans le pays et qui disposent d’un droit d’usage complet sur le sol où le projet est prévu. Il est donc formellement interdit d’acheter un terrain à bâtir ou d’une maison coloniale de l’époque française.

Zones limites d’achat

Pour ne pas voir des quartier détenus exclusivement par des expatriés, les autorités ont décidé d’imposer une limite au nombre d’habitants étrangers. Soit une limite de 30% des unités d’un immeuble résidentiel, soit 250 maisons au sein d’un ensemble dont la population est équivalente à celle d’un quartier.

Durée de la possession

De plus, il ne faut pas penser que l’achat soit définitif. La durée de possession du bien diffère si vous êtes étranger ou avec des origines vietnamiennes. Dans le premier cas, vous n’achetez le bien que pour une durée limitée à 50 ans avec possibilité d’un renouvellement de 50 ans encore une fois. Cela dépend toutefois du contrat passé entre le promoteur du building et le gouvernement Vietnamien. Dans le cas d’une personne d’origine vietnamienne (Viet-Keu) ou d’un étranger étant marié avec un conjoint vietnamien, la durée de possession du bien est alors illimitée comme pour les habitants locaux.

Vente et héritage

Aucun problème concerne la revente d’un bien immobilier au Vietnam du moment qu’elle se fait durant la période de possession du vendeur. Dans le cas contraire, l’Etat vietnamien se chargera de récupérer le bien abandonné par le propriétaire.

Concernant l’héritage ou la donation d’un bien, c’est tout aussi possible. Il faut que la personne récupérant le bien possède un passeport valide ainsi qu’un visa touristique (c’est le même procédé que pour l’achat) lors de son entrée en possession du droit d’usage. Cela permet qu’elle soit reconnue et inscrite comme bénéficiaire par les autorités.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.