Les populations aborigènes de Taïwan

Les populations aborigènes de Taïwan

Les populations aborigènes de Taïwan, qui vivaient sur l’île avant toute colonisation sino-japonaise, sont comptabilisées par le gouvernement de Taïwan, et leur population serait de l’ordre de 540.000 personnes.

Parmi eux :

  • Amis – 194,000 personnes vivant principalement à Hualien et Taitung.
  • Paiwan – 93,000, autour de Sandimen et également à Taitung.
  • Atayal – 83,000 personnes, sur une vaste zone, à New Taïpei, Hualien, Hsinchu et Nantou.
  • Bunun – 54,000 personnes, vivant dans les régions montagneuses de Nantou, Kaohsiung et à l’est de Taïwan.
  • Truku – 28,000 personnes, autour et à l’intérieur des georges Taroko.
  • Puyuma – 12,800 personnes, principalement à Taitung.
  • Rukai – 12,400 personnes, à Wutai et à Taitung.
  • Sediq – 8,100 en  haute altitude au nord et à l’est de Nantou.
  • Tsou – 7,000 personnes, autour d’Alishan.
  • Saisiyat – 6,200 personnes, à Hsinchu et Miaoli.
  • Tao – 4,300 personnes, sur l’île Orchid (Lanyu).
  • Kavalan – 1,300 personnes, à Hualien et Yilan.
  • Thao – moins que 800, autour du lac sun moon.
  • Sakizaya – moins que 700, vivant parmi les amis à Hualien.
  • Kanakanavu – 550, vivant à Kaohsiung.
  • Hlaalua – moins de 400,vivant à Kaohsiung.

Atayal

Tribu guerrière, les atayals étaient reconnaissables à leur tatouage dans le passé. Une pratique qui fut proscrite par les japonais du temps de la colonisation de Taïwan car elle découlait d’une activité nouvellement banni. La chasse de tête. Car en effet, tribu guerrière, pour obtenir le droit de se marier un homme devait ramener le crane d’un ennemi. Le tatouage qui suivait prouvé qu’il était devenu un homme. Les femmes, quant à elle, devenaient capable de se marier lorsqu’elle étaient capable de tisser.

Truku

Reconnu comme ethnie par le gouvernement depuis 2004, avant assimilé aux atayals.

Sediq

Reconnu récemment comme une ethnie de Taïwan à part entière, les Sediq étaient assimilés comme les Truku ,aux Atayals. Le groupe ethnique est célèbre dans tout Taïwan pour la figure de Mona Rudao, ancien chef Sediq qui a conduit la révolte contre la colonisation japonaise en 1930 à Wushe ( aujourd’hui Nantou ). Après l’attaque de la garnison japonaise faisant 134 morts et 215 blessés, et en représailles l’ethnie subit la perte de 660 personnes de leur communauté et le suicide de leur chef ne voulant être pris vivant. Il est aujourd’hui un des symboles de l’indépendance de Taïwan.

Commentaires

comments

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.